Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

À la recherche de la gloire de Marathon dans les manuels scolaires grecs d'histoire de l'enseignement secondaire, lieux fondamentaux de mémoire nationale : une Bataille témoin d'un patriotisme panhellénique bridé

Abstract : L’intérêt bibliographique-historiographique présent du phénomène complexe de la mémoire a été précédé, il y a une quarantaine d’années, par l’étude de sa construction, déconstruction et reconstruction par des groupes qui ont exercé le pouvoir en choisissant des événements du passé et en les interprétant en fonction de l’orientation idéologique et politique qu’ils suivaient et protégeaient. Une des périodes exceptionnelles de l’histoire grecque, fondement de la continuité de la nation, dotée des luttes et des sacrifices des ancêtres protecteurs, est celle des Guerres Médiques. Marathon, Thermopyles, Salamine, Platées constituent des fondations, des « Lieux de mémoire », qui jouent un rôle des plus importants dans la procédure de formation de l’identité nationale grecque. De ce point de vue, il serait maladroit d’éviter la définition qu’impose l’œuvre de Pierre Nora pour qui les lieux de mémoire n’ont pas nécessairement une dimension matérielle. « Ils sont lieux, en effet, dans les trois sens du mot, matériel, symbolique et fonctionnel, mais simultanément, à des degrés seulement divers… Les trois aspects coexistent toujours ». Compte tenu de cette coexistence et en combinaison avec la responsabilité souveraine dont dispose l’État dans le choix des programmes et des contenus, les manuels scolaires, notamment ceux d’histoire, et les leçons qu’ils contiennent comme la Bataille de Marathon, sont des « Lieux de mémoire » par excellence. L’analyse de contenu qui a été fondée sur un regroupement thématique et une étude quantitative de cette leçon des manuels scolaires de l’histoire ancienne grecque de 1953 à 2008, permet de faire deux remarques : - Premièrement, bien qu’à l’appel à l’aide n’aient répondu que les Platéens qui ont envoyé 1 000 hommes, la Bataille de Marathon est enseignée, racontée, comme une étape et un témoin essentiels de la continuité de la Nation grecque. - Deuxièmement, à partir de la publication du manuel de 1997, le nombre de pages dédié à la Bataille de Marathon s’est réduit considérablement, ce qui, depuis, met en doute son caractère de « Lieu de mémoire ». N’y a-t-il plus le même « devoir de mémoire » ? Si la réponse est affirmative, cela signifierait que les groupes qui exercent le pouvoir depuis 1997 ont moins « besoin » de ce lieu de mémoire qui s’est affaiblit brusquement. Dans les manuels scolaires grecs d’histoire, la Bataille de Marathon a perdu sa force de « Lieu de mémoire » dont elle bénéficiait jusqu’en 1997. Elle est devenue un fait historique auquel les « programmeurs » de l’éducation nationale grecque et en même temps bâtisseurs de l’identité nationale ont imposé provisoirement (?) silence et oubli.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal-univ-montpellier3-paul-valery.archives-ouvertes.fr/hal-03142943
Contributor : Constantin Angelopoulos <>
Submitted on : Tuesday, February 16, 2021 - 2:00:35 PM
Last modification on : Thursday, June 10, 2021 - 5:06:53 PM
Long-term archiving on: : Monday, May 17, 2021 - 7:40:13 PM

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-03142943, version 1

Collections

Citation

Constantin Angelopoulos. À la recherche de la gloire de Marathon dans les manuels scolaires grecs d'histoire de l'enseignement secondaire, lieux fondamentaux de mémoire nationale : une Bataille témoin d'un patriotisme panhellénique bridé. Lieux, pratiques et discours de mémoire dans l’identité grecque et chypriote, ANGELOPOULOS Constantin, Nov 2008, MONTPELLIER, France. ⟨hal-03142943⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

20