Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

De La iconografia al markenting: Posmodernismo como estratégia de afirmación política em el caso de Montpellier.

Résumé : Étant donné que les villes concentrent aujourd'hui la grande majorité de la population, s'affirmer politiquement dans les zones urbaines revient à s'affirmer politiquement devant la majorité des électeurs. Par conséquent, des nombreux gouvernements utilisent les projets urbains et les outils planification comme des stratégies pour la construction de l'appartenance sociale et pour l’annonce d’une orientation politique. Cela correspond aussi à une des dernières stratégies du capitalisme mondialisé : le marketing urbain, dont aujourd'hui il y a des exemples bien connus de stratégies urbaines dans lesquelles les villes ont été ou sont traitées comme marchandises, parmi lesquels nous choisissons de souligner le cas du quartier Antigone, à Montpellier, France. Antigone est un cas particulier pour trois raisons. Tout d'abord, il s'agit de construire un quartier à partir du zéro, dans une zone militaire abandonnée soumise à des inondations constantes, mais situé à proximité du centre historique et commercial de Montpellier. Deuxièmement, le projet est utilisé comme symbole du changement politique d'un gouvernement municipal de droite à un gouvernement d’orientation socialiste au pouvoir pour la première fois. Le symbolisme a été poussé à l'extrême du marketing par un jeu de mots: «Anti-Gone» a ainsi montré son opposition à «Poly-Gone», un centre commercial, projet phare du gouvernement municipal précédent. Troisièmement, le projet comprenait une quantité inédite de logements abordables au cœur de la ville, montrant un contraste marqué avec les projets de logement réalisés par les administrations précédentes, qui a destiné les quartiers les plus périphériques de la ville à ces projets. Ajouté à ces trois facteurs, il faut prend en compte le contexte architectural postmoderne dans lequel le projet, élaboré par le l'architecte Ricardo Bofill à la fin des années 70 et au début des années 80, est construit. Tout cela fait d’Antigone un cas intéressant de l'utilisation de l'iconographie pour soutenir un projet politique, collaborant à la montée politique du leadership locale Georges Frêche, élu maire et postérieurement présentent de la Région de Montpellier. L'article propose une analyse de la logique d'affirmation politique à travers des modèles d'urbanisme et une analyse du «Projet Antigone», en essayant de démontrer à quel point l'iconographie et les objectifs politiques du maire ont contribué ou ont nui la qualité des logements du quartier et l'insertion du quartier dans le tissu urbain existant.
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-montpellier3-paul-valery.archives-ouvertes.fr/hal-03155366
Contributeur : Fernanda da Cruz Moscarelli Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mardi 13 juillet 2021 - 11:51:04
Dernière modification le : jeudi 21 octobre 2021 - 15:16:35

Identifiants

  • HAL Id : hal-03155366, version 1

Citation

Fernanda Moscarelli, Carolina Dawson. De La iconografia al markenting: Posmodernismo como estratégia de afirmación política em el caso de Montpellier.. WASI - Revista de estúdios sobre Vivienda, Facultad de Arquitectura, Urbanismo y Artes Universidad Nacional de Ingeniería, 2014, 1 (2), pp.77-88. ⟨hal-03155366⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

17