(Dis)Empowering Child Readers in the Golden Age of Children’s Literature - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Cahiers Victoriens et Edouardiens Année : 2021

(Dis)Empowering Child Readers in the Golden Age of Children’s Literature

(1, 2)
1
2

Résumé

So many children’s books were published during the Victorian and Edwardian eras that scholars refer to that period as ‘the Golden Age of children’s literature’. Several children’s authors of the period no longer considered children’s publications as a way to educate children but as a means to entertain them and, accordingly, adopted a conversational tone in their publications. Other Victorian and Edwardian authors of children’s fiction, however, took this ‘conversational turn’—employing talkative narrators or depicting congenial adult-child conversations—only to better constrain children and their reactions. The introduction and the eight contributions to this special issue of Cahiers victoriens et édouardiens are devoted to these intricate ethical and ideological questions underpinning some of the forms that adult-child conversations took in nineteenth-century juvenile publications. The case studies reveal that Victorian and Edwardian authors who resorted to conversations and conversational tones in their publications were very much aware of the power relationships they entertained with their child readers—whether they decided to exploit them in order to improve an audience they thought of or constructed as ‘deficient,’ or to empower young people they believed had, or would come to have, a sense of agency.
Tant de livres pour enfants ont été publiés à l’époque victorienne et édouardienne que les spécialistes qualifient cette période d’« âge d’or de la littérature jeunesse ». Un certain nombre d’auteurs et d’autrices jeunesse de l’époque victorienne et édouardienne ne considéraient plus les publications pour enfants comme un moyen de les éduquer mais comme un moyen de les divertir et adoptèrent de ce fait un ton conversationnel dans leurs publications. D’autres auteurs et autrices de fiction pour enfants de l’époque victorienne et édouardienne prirent cependant ce « tournant conversationnel » — inventant des narrateurs et narratrices volubiles et des conversations agréables entre adultes et enfants — dans le seul but de mieux contraindre les enfants et leurs réactions. L’introduction et les huit contributions de ce numéro spécial des Cahiers victoriens et édouardienssont consacrées à ces questions éthiques et idéologiques complexes qui sous-tendent certaines des formes que prirent les conversations entre adultes et enfants dans les publications pour enfants du XIXe siècle. Les études de cas révèlent que les auteurs et autrices de l’époque victorienne et édouardienne qui avaient recours aux conversations et aux tons conversationnels dans leurs publications étaient tout à fait conscient·e·s des relations de pouvoir qu’ils / elles entretenaient avec leurs enfants lecteurs et lectrices — qu’ils/elles aient décidé de les exploiter afin de parfaire un public qu’ils/elles considéraient ou construisaient comme « déficient », ou de donner du pouvoir à des jeunes qu’ils croyaient être, ou pouvoir devenir, agents.
Fichier principal
Vignette du fichier
cve-7992.pdf (239.2 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-03174894 , version 1 (19-03-2021)

Identifiants

Citer

Virginie Iché. (Dis)Empowering Child Readers in the Golden Age of Children’s Literature. Cahiers Victoriens et Edouardiens, 2021, ⟨10.4000/cve.7992⟩. ⟨hal-03174894⟩

Collections

UNIV-MONTP3 EMMA
47 Consultations
108 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More