Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

De la collaboration à la pure création : Amy Seimetz, voix indépendante de The Girlfriend Experience

Résumé : La notion de « showrunner » est assez flottante. Diriger la production et le développement d’une série entière a forcément ses limites, qu’il est souvent difficile de définir – si ce n’est en rappelant que la série télévisée demeure une création collective. À ce titre, The Girlfriend Expérience (Starz, 2016-) témoigne des processus de partage mais aussi de séparation qui peuvent présider à la direction d’une œuvre de fiction. Adaptée du film éponyme de Steven Soderbergh (2009), cette série est une anthologie saisonnière dont l’écriture et la réalisation se redéfinissent à chaque saison – dans la distribution des rôles, voire dans l’identité des maîtres d’œuvre. La saison 1 suit un personnage central (Christine Reade, une étudiante en droit qui devient escort girl du jour au lendemain) et est coécrite par Amy Seimetz et Lodge Kerrigan (à l’exception de l’épisode 10, écrit par Seimetz seule). Tous deux se distribuent en outre la réalisation dans un ordre qui apparaît aléatoire. La saison 2 vient toutefois « casser » cette dynamique collaborative en séparant les deux partenaires et en leur offrant à chacun la possibilité de raconter leur propre histoire, de suivre leur propre protagoniste (ou duo de protagonistes dans le cas de Kerrigan) et de diriger leurs propres épisodes (à la fois à l’écriture, à la réalisation et à la production). De façon assez inédite, l’anthologie saisonnière ouvre ainsi ses portes à la juxtaposition de deux « mini-séries » de sept épisodes chacune, avant de muer une nouvelle fois en saison 3. Celle-ci sera en effet entièrement écrite et réalisée par une nouvelle venue, Anja Marquardt, en lieu et place de Seimetz et de Kerrigan (qui continueront malgré tout de produire la série). Cette structure particulière pose plusieurs questions centrales auxquelles je tâcherai de répondre au cours de cette communication. Comment le rôle de Seimetz et de Kerrigan s’est-il redéfini entre la première et la deuxième saison de The Girlfriend Experience ? Que révèle leur « séparation » du style propre de chacun de ces deux auteurs ? Cette reconfiguration leur a-t-elle permis de (re)devenir des « cinéastes » au sein d’une série télévisée ? L’anthologie saisonnière constitue-t-elle le chaînon manquant entre le cinéma et la télévision, à l’heure où les plateformes de streaming commencent à ouvrir de nouveaux horizons ? Pour le déterminer, je me concentrerai plus spécifiquement sur le style et l’influence d’Amy Seimetz, actrice, scénariste, réalisatrice, productrice et monteuse américaine dont la carrière a débuté au milieu des années 2000 dans le cinéma indépendant.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-montpellier3-paul-valery.archives-ouvertes.fr/hal-03452081
Contributeur : Benjamin Campion Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : vendredi 26 novembre 2021 - 17:30:20
Dernière modification le : samedi 27 novembre 2021 - 03:44:14

Identifiants

  • HAL Id : hal-03452081, version 1

Collections

Citation

Benjamin Campion. De la collaboration à la pure création : Amy Seimetz, voix indépendante de The Girlfriend Experience. Showrunneuses : les femmes dans l’écriture, la production et la réalisation de séries, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Apr 2021, Montpellier, France. ⟨hal-03452081⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

17