Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

René Depestre, "Popa Singer": machine & métaphore"

Résumé : On rit beaucoup, à la lecture de "Popa Singer". Pourtant, rien de drôle dans les événements narrés : crimes, meurtres, actes de torture, séparations, exils. C’est la puissance narrative qui, relayant la perméabilité du réel haïtien aux merveilleux et par là même de l’Histoire à la fiction, configure l’existence humaine et, ce faisant, la sauve du désespoir en « recou[sant] les vilains draps qu’aura faits à notre vie la grande histoire des humanités ». La fonction mimétique du récit depestrien rejoint ici le propos de Paul Ricœur à l’initiale de Temps et récit : « Je vois dans les intrigues que nous inventons le moyen privilégié par lequel nous re-configurons notre expérience temporelle confuse, informe et, à la limite, muette ». Comment, par conséquent, l’ordre romanesque demeure-t-il fidèle aux soubresauts d’une vie « picaresque » (l’adjectif est cher à l’auteur), aux embranchements d’un parcours « rhizomatique », tout en composant avec les événements qui ont effectivement marqué l’Histoire haïtienne au XXe siècle ? De quelles façons la fiction prend-elle en charge, sans en trahir la puissance inchoative, l’épaisseur d’une existence pétrie par « l’imaginaire composite des Haïtiens », vouée au métissage des formes et « des humanités » ? – En ‘’épaississant’’ la linéarité narrative dont elle déjoue les illusions, lestant la vie vécue de ses mémoires accumulées et enchevêtrées, faisant de ce roman un espace où le temps vécu, remémoré, imaginé, rêvé – tant par les personnages que par leur auteur – déborde la chronologie narrative, de même que le parcours des êtres déjoue le temps historique. Je m’attache ainsi dans un premier temps de l'analyse à comprendre les ressorts d'une telle configuration temporelle, où les "monnayages" (C. Metz) du temps acquièrent une dimension méta-discursive, avant de m’intéresser au travail d’une écriture qui elle-même déborde les genres comme les formes prises par la parole. René Depestre circule en effet entre les genres comme son personnage-narrateur, Richard Denizan, entre les temps : mon hypothèse est que cette double circulation temporelle/générique met le roman « en état de poésie ». Livre-somme dont l’orientation rétrospective n’exclut pas l’intention panoramique (ainsi la plupart des titres de la bibliographie depestrienne s’y trouvent-ils disséminés ), "Popa Singer" a tout d’un « roman du poète » – le génitif étant à entendre subjectivement comme objectivement : écrit par un poète, l’ouvrage raconte un devenir-poète depuis les rives du vieil âge d’homme, tout en empruntant au poème son allant et son allure.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-montpellier3-paul-valery.archives-ouvertes.fr/hal-03768776
Contributeur : Marie JOQUEVIEL-BOURJEA Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : dimanche 4 septembre 2022 - 20:10:47
Dernière modification le : lundi 5 septembre 2022 - 03:36:26

Identifiants

  • HAL Id : hal-03768776, version 1

Citation

Marie Joqueviel-Bourjea. René Depestre, "Popa Singer": machine & métaphore". Maria de Los Angeles Hernandez Gomez. Notre Ilda, collection "L'Orizzonte" (156), L'Harmattan, pp.72-100, 2022, 978-2-14-026844-1. ⟨hal-03768776⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0