Dynamics of agrobiodiversity in agroforestry landscapes of Vavatenina in Madagascar - Studies of practices, farmers' knowledge and exchange networks in a context of change - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2022

Dynamics of agrobiodiversity in agroforestry landscapes of Vavatenina in Madagascar - Studies of practices, farmers' knowledge and exchange networks in a context of change

Dynamiques de l’agrobiodiversité dans les paysages agroforestiers de Vavatenina à Madagascar - Études des pratiques, des connaissances paysannes et des réseaux d’échange dans un contexte de changements

(1, 2)
1
2

Résumé

Since the middle of the 20th century, the landscape mosaics of the tropical regions have been undergoing socio-ecological changes that threaten the resilience of small-scale agriculture. In response to these changes, farmers in some regions have diversified their cropping systems by developing agroforests (associations of trees with other non-perennial species and/or animals, in space and time). To do so, they use plant diversity, whether cultivated or not, and develop different agrobiodiversity management practices that are adapted to socioeconomic and biophysical contexts. My research aims to analyze these agroforestry dynamics implemented by farmers with a case study in the landscapes of the North-East coast of Madagascar, which show a recent evolution from subsistence agriculture based on slash-and-burn cultivation to complex and multistage agroforestry. The three sections of my thesis study different components of the local agrobiodiversity management (farmers’ practices and knowledge, circulation network) and different scales (plot, landscape), and discuss how agrobiodiversity contributes to the resilience of small-scale agriculture to different kinds of change. The first section of my thesis is based on the mapping of land use patterns, which allowed us to characterize the spatial and temporal dynamics of agroforestry and to analyze their socio-economic and physical drivers. I show that the emergence of this practice is linked to changes in farmers' strategies in response to various changes (declining fertility, price variations, population growth, etc.). Today, agroforests cover an important surface in landscapes, their spatial distribution is closely related to topography and they contribute to landscape heterogeneity. Taking the example of a village, the second section studies the local management of agrobiodiversity by analyzing the species composition of clove-based agroforests and their spatial organization, as well as farmers’ knowledge underlying these practices. I show that farmers manage a rich agrobiodiversity associated with multiple functions, and spatially organized according to topography, soil and species-environment interactions. Farmers' knowledge allows them to adapt to heterogeneous environmental conditions, to promote synergies between species and to make trade-offs between the different contributions provided to them by agrobiodiversity. Finally, the third section analyzes the way the farmers access to crop propagules and related knowledge. This part discusses in particular the role of exogenous plants and knowledge (from outside the study village) in agroforestry dynamics, and their implication in the resilience of small-scale agriculture. I show that to maintain and develop agrobiodiversity, farmers use their relational networks within the village and beyond. These networks allow them to observe other practices and, by mimicry, to change their own practices. The agroforestry dynamics described in this thesis highlight the adaptive capacities of smallholders’ farmers, a sine qua non condition for their resilience. Farmers’ local management of agrobiodiversity at the different scales reflects the holistic and integrative vision they have of their agroecosystem. Farmers’ knowledge and practices have great potential for the sustainable management of agroforests and for the restoration of degraded landscapes in these tropical regions. Based on a permanent dialogue between disciplines and between scientific and farmers' knowledge, this thesis is part of a perspective of co-construction of desirable and resilient agroforestry landscapes, and calls for the recognition of local practices and knowledge.
Les mosaïques paysagères des régions tropicales humides subissent depuis le milieu du 20ème siècle d’importants changements socio-écologiques qui menacent la résilience des agricultures familiales. Face à ces changements, les paysan.ne.s de certaines régions ont diversifié leurs systèmes agricoles en développant notamment des agroforêts (associations d’arbres avec d’autres espèces non pérennes et/ou des animaux, dans l’espace et dans le temps). Iels mobilisent pour cela la diversité végétale, cultivée ou non, et développent différents modes de gestion de cette agrobiodiversité. Ce travail de recherche vise à analyser ces dynamiques agroforestières au travers d’un cas d’étude situé au sein des paysages de la côte nord-est de Madagascar qui témoignent d’une évolution récente depuis une agriculture de subsistance reposant sur l’abattis-brûlis vers une agroforesterie complexe et multi-étagée. Articulée autour de trois parties, ma thèse discute des enjeux de résilience des agricultures familiales en analysant les modes locaux de gestion de l’agrobiodiversité et leurs évolutions en réponse aux changements. La première partie repose sur des travaux de cartographie des modes d’usage des terres qui ont permis de caractériser dans l’espace et dans le temps les dynamiques agroforestières, et d’en analyser les facteurs socio-économiques et physiques. Ces travaux montrent notamment que l’émergence de cette pratique est liée aux évolutions des stratégies paysannes en réponse à divers changements (baisse de la fertilité, variation des prix, croissance démographique entre autres). L’agroforesterie occupe aujourd’hui une surface importante dans les paysages, sa répartition spatiale est notamment liée à la topographie et elle contribue, avec la diversité des autres usages des terres, à l’hétérogénéité paysagère. En prenant l’exemple d’un village, la seconde partie étudie la gestion locale de l’agrobiodiversité en analysant la composition en espèces des agroforêts à girofliers et leur organisation spatiale, ainsi que les connaissances paysannes sur les interactions agrobiodiversité-milieu qui sous-tendent ces pratiques. Elle montre que les paysan.ne.s gèrent une riche agrobiodiversité qui est associée à de multiples fonctions, et qui est organisée spatialement selon la topographie, le sol et les interactions espèces-milieu. Les connaissances paysannes permettent de valoriser les conditions hétérogènes du milieu, de favoriser les synergies entre espèces, et de réaliser des compromis entre les différentes contributions que leur apporte l’agrobiodiversité. Enfin, la troisième partie analyse les modes d’accès des paysan.ne.s aux propagules de plantes cultivées et aux connaissances qui s’y rattachent. Cette partie discute notamment du rôle des plantes et des connaissances exogènes (extérieures au village d’étude) dans les dynamiques agroforestières, et leurs implications pour la résilience des agricultures familiales. Elle met en évidence que pour maintenir et faire évoluer l’agrobiodiversité, les paysan.ne.s utilisent notamment leurs réseaux relationnels au sein du village et au-delà. Ces derniers leur permettent par exemple d’observer les pratiques d’autres paysan.ne.s et de faire évoluer leurs pratiques par mimétisme. Les dynamiques agroforestières décrites dans cette thèse soulignent les capacités d’adaptation des agricultures familiales, condition sine qua non de leur résilience. Les modes de gestion locaux de l’agrobiodiversité spécifiques aux différentes échelles présentent un grand potentiel pour la gestion durable des agroforêts et pour la restauration des paysages dégradés de ces régions tropicales. Construite autour d’un dialogue permanent entre les disciplines et entre les connaissances scientifiques et paysannes, cette thèse s’inscrit dans une perspective de co-construction de paysages agroforestiers souhaitables et résilients, et appelle à la reconnaissance des pratiques et des connaissances locales.
Fichier principal
Vignette du fichier
Mariel 2020_Manuscrit thèse.pdf (15.21 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

tel-03879949 , version 1 (30-11-2022)

Identifiants

  • HAL Id : tel-03879949 , version 1

Citer

Juliette Mariel. Dynamiques de l’agrobiodiversité dans les paysages agroforestiers de Vavatenina à Madagascar - Études des pratiques, des connaissances paysannes et des réseaux d’échange dans un contexte de changements. Sciences de l'Homme et Société. Institut Agro Montpellier et Université De Montpellier, 2022. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03879949⟩
0 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More