Sexe et dystopie : The Handmaid’s Tale, du repli patriarcal à l’abrogation de l’érotisme - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Otrante : art et littérature fantastiques Année : 2020

Sexe et dystopie : The Handmaid’s Tale, du repli patriarcal à l’abrogation de l’érotisme

(1)
1

Résumé

The Handmaid’s Tale (Hulu, 2017-) is an American TV series adapted from the eponymous dystopian novel by Margaret Atwood. It gives sex a purely functional purpose by staging patriarchal ceremonies reducing it to an act of forced procreation. Under biblical patronage, the handmaid’s body is regularly reified by a Commander and his Wife aiming to perpetuate their caste. This mechanization of the body and sexuality raises the question of filmic eroticism and leads us to question the relationship that subscription video-on-demand platforms (Hulu, Netflix, Amazon Prime Video, Disney+, Apple+, HBO Max, etc.) have with corporeality and with a more or less explicit carnal monstration. Will tomorrow’s sexual imagery be sent back to its past ob/scenity, that is, literally chased “offstage”? Can we draw a parallel between the dogmatic regressive apocalypse of The Handmaid’s Tale and the new ways of putting online series that can no longer be systematically qualified as “television”?
The Handmaid’s Tale (Hulu, 2017-) est une série américaine adaptée du roman dystopique éponyme de Margaret Atwood. Elle confère au sexe un caractère purement fonctionnel chaque fois qu’elle met en scène un cérémonial patriarcal le réduisant à un acte de procréation forcé. Sous patronage biblique, le corps des « servantes écarlates » s’y voit régulièrement réifié par un Commandant et son Épouse, qui l’exploitent afin de perpétuer leur caste. Cette mécanisation corporelle et sexuelle pose la question de l’érotisme filmique et amène à s’interroger sur le rapport qu’entretiennent les plateformes de vidéo à la demande par abonnement (Hulu, Netflix, Amazon Prime Video, Disney+, Apple+, HBO Max, etc.) à la corporéité et à une monstration charnelle plus ou moins explicite. L’imagerie sexuelle de demain sera-t-elle renvoyée à son ob/scénité d’hier, c’est-à-dire littéralement chassée « hors/scène » ? Peut-on dresser un parallèle entre l’apocalypse régressive dogmatique de The Handmaid’s Tale et les nouvelles modalités de mise en ligne de séries que l’on ne peut désormais plus systématiquement qualifier de « télévisées » ?
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03449192 , version 1 (25-11-2021)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03449192 , version 1

Citer

Benjamin Campion. Sexe et dystopie : The Handmaid’s Tale, du repli patriarcal à l’abrogation de l’érotisme. Otrante : art et littérature fantastiques, 2020, Apocalypses, 47-48, pp.135-153. ⟨hal-03449192⟩
32 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More