The non-sexist language debate in French and English - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2018

The non-sexist language debate in French and English

Le débat autour du langage non sexiste en français et en anglais

(1)
1

Résumé

The field of gender and language has gradually abandoned studies of gender-fair language, perhaps considering that there is little left to say on the subject. However , the debate over gender-fair language rages on in the media. Language bodies spend a significant amount of time and money on producing guidelines, yet there have been woefully few studies on what speakers think of these reforms, and the few studies that have been carried out have tended to focus on small groups. In addition, there have been very few analyses of how sexism gets debated and defined within media texts themselves, whereas examining social evaluations of language is essential in understanding the motivating force of language change. There is also a dearth of comparative studies in gender and language, which would allow conceptions of language in general, as well as feminist linguistic reforms, to be framed in their cultural and historical perspectives. This thesis aims at filling this gap in the field of gender and language by examining discourses on feminist linguistic reform in the media from a cross-linguistic perspective. A corpus of 242 articles (approx. 167,000 words) spanning 15 years (2001-2016), whose main topic is (non-)sexist or gender-fair language was collected from British and French on-line national newspapers. Apart from the obvious fact that the media have an enormous influence on public opinion, this is where the debate on sexist language has traditionally been carried out, and thus the media play a special role in the debate. On-line newspaper texts were therefore chosen in an effort to find discourses that readers are exposed to on a regular basis, and that could be classed as widespread and familiar to the general public. A corpus-based analysis was employed as a starting point to identify traces of discourses that are used to frame arguments in the gender-fair language debate. Frequency lists, keyword lists, and word sketches were carried out in order to indicate possible directions for analysis. Hypotheses based on the literature review were also followed up with searches for particular semantically related terms relating to discourses found in other studies. Finally, a CDA analysis was carried out on relevant concordance lines. Twelve main discourses were identified in the two corpora, based on six principle ideologies of language. Findings indicated that the overwhelming majority of these discourses and language ideologies are found in both the English and the French corpus, and across the political spectrum of newspaper groups. However, differences in quantitative and qualitative use may indicate on the one hand, deeper cultural differences between the UK and France, and on the other, core political and moral values between the right and left wing. The main contribution to knowledge that this thesis makes is in helping to revitalise research on sexist language through an analysis of the discourses and language ideologies that determine the success, or failure, of non-sexist language, as well as a novel analysis of the origin of sexism in language (Chapter 3).
Le domaine du genre et langue a progressivement abandonné les études sur le langage non sexiste, en considérant qu'il restait peut-être peu de choses à dire sur ce sujet. Cependant, le débat sur un langage non sexiste fait rage dans les médias. Les organismes linguistiques consacrent beaucoup de temps et d’argent à l’élaboration de guides d’utilisation. Pourtant très peu d’études ont été réalisées sur ce que les locuteurs pensent de ces réformes, et les quelques études réalisées ont été réalisées avec de petits groupes. De plus, il y a eu très peu d'analyses sur la façon dont le sexisme est débattu et défini dans les média eux-mêmes, alors qu’une analyse des jugements sociaux sur le langage est essentielle pour comprendre la motivation qui sous-tend les changements linguistiques. Il existe également un manque d'études comparatives sur le genre et langage, ce qui permettrait de concevoir les conceptions du langage en général, ainsi que les réformes linguistiques féministes, dans leurs perspectives culturelles et historiques. Cette thèse vise à combler ces lacunes dans le domaine du genre et langage en examinant les discours sur la réforme linguistique féministe dans les médias dans une perspective comparative. Nous avons analysé un corpus de 242 articles (environ 167 000 mots) écrits entre 2001 et 2016, qui proviennent de journaux en ligne nationaux britanniques et français, et dont le thème principal est le langage (non) sexiste. Outre le fait évident que les médias ont une influence énorme sur l’opinion publique, c’est là que se déroule traditionnellement le débat sur le langage sexiste, et les médias jouent donc un rôle particulièrement important dans ce débat. Les articles de journaux ont donc été choisis dans le but de trouver des discours auxquels les lecteurs sont régulièrement exposés et qui pourraient être considérés comme répandus et familiers du grand public. Nous avons employé les techniques de la linguistique de corpus comme point de départ pour identifier les traces de discours qui sont employés dans le débat linguistique non sexiste. Des analyses sur la fréquence des mots, les mots-clés et les lignes de concordance ont été réalisés afin d'indiquer les directions possibles pour l'analyse. Les hypothèses suggérées par des études précédentes ont également été suivies avec des recherches de termes sémantiquement liés aux discours trouvés dans d'autres études. Enfin, nous avons effectué une analyse critique du discours sur les lignes de concordance pertinentes. Douze discours principaux ont été identifiés dans les deux corpus, basés sur six idéologies du langage principales. La grande majorité de ces discours et de ces idéologies linguistiques se retrouvent dans les corpus anglais et français. Cependant, ils ne sont pas toujours employés avec la même fréquence ou de la même manière. Un exemple frappant est le discours « sensibilité / outrage », très fréquent et bien distribué dans le corpus anglais, mais qui, en comparaison, est pratiquement inexistant dans le corpus français. Cette différence démontre peut-être des différences culturelles plus profondes entre une focalisation française sur l'égalité absolue et la crainte concomitante du communautarisme, par rapport à une focalisation britannique sur la liberté individuelle. Nous avons également relevé des divergences intéressantes entre les articles de Droite et de Gauche, en particulier dans les discours relatifs à la liberté / choix et à la sensibilité / outrage. Beaucoup de ces différences peuvent être expliquées par la théorie des Moral Foundations, qui a identifié des différences entre le poids donné à certaines valeurs fondamentales philosophiques et morales entre la Gauche et la Droite. La principale contribution à la connaissance que cette thèse apporte est d'aider à comprendre les différents facteurs qui influencent le succès ou l'échec des réformes féministes linguistiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
COADY (2018) The non-sexist language debate in French and English.pdf (4.05 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

tel-03889142 , version 1 (07-12-2022)

Identifiants

  • HAL Id : tel-03889142 , version 1

Citer

Ann Coady. The non-sexist language debate in French and English. Linguistics. Sheffield Hallam University (Royaume-Uni), 2018. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03889142⟩

Collections

UNIV-MONTP3
0 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More